Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Journée "Caméra"

Des échos de la conférence de Xavier Bris, vicaire général lors de la journée diocésaine sur le journal Caméra, vendredi 28 mai 2010 à la Maison du Diocèse


Présente avec d'autres membres de la paroisse lors de cette conférence, dont l'intitulé était "Mission, spécificité et pertinence d'un journal comme Caméra, "tous foyers",

dans une indifférence religieuse grandissante",

je vous livre ici ce que j'en ai retenu (Sr Claire-Marie) 


 

Est-ce qu'un journal papier a de l'avenir alors que la technologie bouge fort et a des clients ?

Il est difficile d'annoncer que le Royaume de Dieu  est au milieu de nous à la radio et  à la télévision où les informations se succèdent les unes après les autres.
Quand, dans un journal  comme Caméra, des chrétiens racontent un événement où la fraternité a été patente, manifeste, c'est pour dire ce que dit Jésus lui-même : le Royaume de Dieu est tout proche, le Royaume caractérisé par l'amour de Dieu pour nous et par l'amour des frères, il est au milieu de vous.... c'est pas pour faire la morale !

il n'y a pas que des chrétiens qui font du bien et d'ailleurs,  dans l'Evangile, il n'y a que deux personnes dont Jésus fasse l'éloge à cause de leur foi : une femme cananéenne dont Jésus dit : Dieu est aussi son Père (cf. Marc 7, 24-30) ; et un centurion romain (cf. Luc 7, 1-10)

 Au bout de ma rue, parmi les gens que je connais ou pas, il y en  qui ne sont pas chrétiens non plus...

Comment donner à lire ce qu'on vit ? Comment proposer ? Comment faire pour que ce soit un signe qui soit interprété ?

Un des objectifs de Caméra, c'est de pouvoir dire que cette fraternité, c'est pas seulement beau mais que c'est aussi et d'abord signe de la pérsence de DIeu.

Les personnes que Jésus rencontre, c'est ceux à qui on ne veut pas parler, qu'on ne connaît pas, ceux qui sont à la marge, qui sont loin, voire très loin.

Au cours de l'hsitoire, l'Eglise est allée vers ceux-là, ceux qui ne sont pas au centre : par l'cole, par les soins aux malades, les patronages...

Aujourd'hui encore, les chrétiens et d'autres travaillent pour aider les plus pauvres parmi nous, c'est la même démarche : aller vers ceux qui sont à la marge. Nous ne pouvons pas ne pas continuer à accomplir les Ecritures.

Les miracles dans l'Evangile, cela veut dire : Doeu accueille les pauvres et les malades.

Les Béatitudes, cela signifie : Dieu s'est approché de nous.

 

Les rédacteurs et les diffuseurs de Caméra sont invités à apprendre des techniques... et aussi à prendre du temps pour faire écho à des réactions entendues ; prendre du temps en équipe pour relire tel ou tel événement : comment nous a-t-il parlé de Dieu ?

 

L'essentiel du journal Caméra, ce ne sont pas les informations qu'on y trouve même si c'est important qu'elles y soient.

Si on tient à porter le journal, c'est pour manifester que notre Eglise est au service de tous.

Diffuser le journal, c'est se mettre à l'heure de Jésus qui allait de village en village, à la rencontre des gens.

C'est l'invitation de la fin de nos messes : allez ! sortez de l'église !

C'est participer au travail de l'évêque, c'est aller vers les gens à la manière de l'évêque dans ses visites pastorales  : "tout ce qui concerne la vie des hommes et des femmes m'intéresse"

Les diffuseurs vont vers les gens pour distribuer le journal et ils en reviennent heureux !

 

C'est la même dynamique que les groupes de lecture des Actes des Apôtres lancés à la Pentecôte : non pas entre chrtéines, mais deux par deux aller proposer à d'autres de partager sur un texte.

La même dynamique aussi que celle des Mouvements d'Action Catholique qui, au moins une fois par an, invitent largement autour d'eux.

Le travail du journal Caméra, c'est comme un tissage...

Nous sommes tous de la même famille, l'Eglise, dans laquelle chacun fait quelque chose. Il nous faut vérifier qu'il n'y a pas de danger de rejet, que c'est bien le même sang qui coule dans nos veines, qu'avec d'autres groupes, nous somes capables de nous comprendre.

Par exemple, les équipes de diffuseurs de Caméra et les équipes d'accompagnement des familles en deuil ne font pas le même travail mais elles ont en commun la même vie du Christ qui les anime, chacun dans la responsabilité qui lui incombe.

Il faut chercher qu'est-ce que nous pourrions faire ensemble pour vérifier que c'est bien la même Eglise que nous servons, chacun dans nos responsabilités ; ce qui nous anime, anime aussi les autres.

 

 

Un journal papier évite qu'une chose chasse l'autre...

 

C'est comme une "monnaie d'échange"...

 

Cela demande du temps...

 

Cela permet de laisser des traces de ce que nous sommes capables de réussir...

Cela permet de se poser un peu...

 

 

Une question pour aujourd'hui : de même que l'arrivée d'un nouveau média n'a jamais entraîné la disparition des précédents mais a impliqué une adaptation de ceux-ci, avec la naissance du site Internet diocésain et des sites Internet paroissiaux, le journal Caméra doit s'adapter.

Ainsi, il serait bon de réfléchir sur la complémentarité possible entre Caméra et notre site Internet : comment l'un peut renvoyer à l'autre et vice-versa ?

Dans l'univers des médias, les journaux porteurs de sens comme Caméra resteront

 

Article publié par Paroisse St François en Val d'Escaut • Publié Dimanche 30 mai 2010 • 2264 visites

Haut de page