Commémoration du 11 novembre 1918

Centième anniversaire de la fin de la première guerre mondiale : aspects civils et religieux

Cette  centième commémoration du  11 novembre  tombant un dimanche, les cérémonies civiles et religieuses revêtaient cette année un caractère particulier.

Samedi soir un concert donné par la Chorale Josquin des Prés , trois excellents solistes et Richard Jankowiak à l'orgue reprenaient une partie du programme  d'un concert donné dans l'église Saint Wasnon pour fêter, en 1919, la signature de l'armistice. (cf documents ci-dessous)

Dimanche matin, tandis qu'à Hergnies et à Bruille, les anciens combattants participaient à des messes pour la paix, à Condé une foule inhabituelle participait aux commémorations civiles, au cimetière de Macou, au carré militaire anglais du cimetière du centre, au monument aux morts et dans les remparts au son des hymnes nationaux, britannique, belge ou français.

Au même moment à l'église saint Wasnon, était célébrée la messe où le mot d'accueil, la prière universelle et l'homélie du Père Armand-Flavien étaient tous imprégnés du souvenir des victimes tant militaires que civiles et des souhaits de paix pour notre monde si troublé. La paix qui dépend de chacun de nous, chacun à son niveau ( voir les paroles du Pape François dans le document 'accueil')  dans les familles, les communautés paroissiales, la France, l'Europe et le monde .

L'autel érigé dans l'église à la mémoire des 'enfants de Condé morts glorieusement pour la France pendant la guerre de 14-18.

A 11h précises, comme il y a cent ans, les cloches sonnèrent à la volée à St Wasnon comme à Macou (comme dans la France entière) alors que  la Marseillaise puis l'hymne européen  résonnaient dans l'église.

Beaux moments d'émotion !

 

F.R.

Article publié par frédéric robillard • Publié Mardi 13 novembre 2018 • 106 visites

keyboard_arrow_up