Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Visite Pastorale, les carrefours

Visite Pastorale ... TROISIEME jour

Paroisse Sainte Maria Goretti

 

Après une présentation de la paroisse sous la forme d’un diaporama créé par Noëlle, les participants se sont regroupés par petits groupes.

Au cours de ces carrefours, chacun a pu donner son avis sur  le fonctionnement de la  paroisse et sur son engagement. Ces expressions seront reprises et travaillées en EAP et équipes relais.

 

Puis vint le temps des questions (en gras ci-dessous) posées à notre  Evêque.

Voici  un condensé des réponses offertes à notre réflexion :

 

La diminution du nombre de prêtres ne doit pas être un obstacle au fonctionnement de nos paroisses. Les équipes relais et les équipes d’animation de la paroisse sont appelées à devenir les points d’appui responsables de l’annonce de Jésus-Christ et de l’Evangile. Elles partagent avec le curé de la paroisse, qui aura des espaces de responsabilité encore plus larges, le soin et le souci de faire vivre mieux la foi.

Il ne faut pas avoir peur !

La remarque de Gamaliel au sanhédrin (Actes chap. 5) à propos de l’Eglise naissante est encourageante :  

« Si leur entreprise ou leur œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire »

Il ne faut pas chercher de solutions au manque de prêtres  dans le mariage de ceux-ci. «  C’est quand même incroyable que le monde entier veuille nous marier au moment où il y a tant de divorces ! » Une charge familiale, une activité professionnelle et les déplacements nécessaires liés à la mission ne donneraient pas au prêtre plus de disponibilité, au contraire.

Les orientations pastorales diocésaines sur les vocations n’ont guère eu d’écho. Il faut entrer en contact avec le Service Diocésain des Vocations.

C’est le prêtre qui célèbre le sacrement majeur qu’est l’Eucharistie, (c’est lui ou le diacre) qui proclame l’évangile.
Il n’est pas souhaitable de donner la communion lors des Assemblées de prières quand il n’y a pas de prêtre. (C’est évidemment différent dans les maisons de retraite dont les résidents ne peuvent se déplacer). Il faut prier pour les vocations.

Il ne faut pas s’habituer à une Eglise sans prêtres.

Le prêtre qui appelle à la sainteté doit pouvoir être exemplaire.

La pédophilie, une grande souffrance, est un énorme scandale mais il est important de dire que pas une institution  n’a fait autant de clarté ni pris autant de décisions que l’Eglise sur la question.

La fécondation in vitro est aussi une question difficile. Et on ne peut ignorer le cas d’un certain nombre de couples heureux de pouvoir accueillir une naissance grâce à ces techniques. Mais on ne peut ignorer non plus la question du devenir des embryons surnuméraires.

On ne parle pas assez des recherches faites sur une seule cellule qui pourrait éviter cette production surnuméraire.

L’Eglise est là pour réveiller nos consciences, rappeler la dignité humaine et redire l’importance de la rencontre amoureuse dans la procréation.

Notre mission commune  est d’être signe du Christ et de l’Evangile dans notre milieu de vie, être accueillant avec tous , ne pas nous perdre dans des disputes stériles, des querelles de clochers, garder en soi ce signe majeur : « Voyez comme ils s’aiment !».Voilà comment être le reflet de l’amour de Dieu. Continuer à aimer les gens que nous accueillons et qui peuvent vivre des moments difficiles (divorce, perte d’emploi, soucis financiers, maladies …)

Vivre pleinement notre condition de baptisés, de confirmés.

Se mettre en route, en mouvement, ça commence deux par deux.

Aller au large avec les autres, nos voisins, nos proches, peut se faire autour de la  lecture des Actes des Apôtres.

Savoir aussi s’arrêter (même si c’est douloureux) quand on ne sait plus assurer une charge.

La nécessité de se former s’impose devant tant de  nouveautés. Chants, catéchèse, accompagnement…

A propos de la nouvelle catéchèse, le doyenné est invité en lien avec Michel Masclet à mettre en place une formation où seront convoqués tous les catéchistes.

 

La matinée s’est terminée par la messe.

L’évangile du jour présentait Marthe et Marie auprès de Jésus : Marthe qui s’affaire ! Marie qui écoute !

Le Père Evêque n’a pas mis en opposition Marthe et Marie mais nous a invités à être les deux à la fois.

« Prions les uns pour les autres pour qu’en chacun de nous tous, il y ait la part de Marie qui écoute la Parole et la part de Marthe qui sert. »

Ecouter et comprendre la Parole pour servir mieux tout le monde.

 

Paul Maurage

Article publié par Paroisse St François en Val d'Escaut • Publié Mercredi 06 octobre 2010 • 4273 visites

Haut de page